Anorexie

<= Retour

Définition

L’anorexie est une pathologie psychiatrique faisant partie des troubles du comportement alimentaire. Notons que cette maladie se caractérise par trois critères principaux :

  • L’individu refuse de s’alimenter de façon à maintenir un poids normal pour son âge, son sexe et sa santé.
  • Malgré le fait que son poids soit déjà bas, il est angoissé par l’idée de grossir. Pour cela, il adopte des comportements visant à maintenir son poids bas, ou à en perdre.
  • La perception corporelle est faussée. On parle ici de dysmorphophobie. Que ce soit au niveau du poids, ou de sa forme, l’individu n’est pas conscient de l’état réel de son corps et du fait que sa maigreur est dangereuse pour sa santé. Ainsi, cette fausse perception altère de façon considérable l’estime de soi de l’individu.  
L’anorexie est souvent accompagnée de dysmorphophobie

Il existe deux formes d’anorexie mentale :

  • Restrictive : la perte de poids est liée au fait que la personne mange peu ou pratique beaucoup de sport.
  • Boulimique avec purge : l’individu pratique l’hyperphagie (mange une énorme quantité d’aliments) puis se purge en se faisant vomir ou en ingérant des laxatifs.

Ce trouble touche plus les femmes que les hommes, et apparaît le plus souvent durant l’adolescence, entre 12 et 18 ans. Le taux de mortalité de cette pathologie au bout de dix ans est de 5%, ce qui en fait une des pathologies mentales les plus mortelles. Souvent la mort survient suites aux conséquences de la dénutrition ou par suicide. De plus, cette pathologie est fréquemment associée à des troubles bipolaires, des troubles dépressifs et des troubles anxieux.

Comportement et psychologie

L’individu souffrant d’anorexie est souvent obsédé par la nourriture, à tel point que cela occupe une grande partie de ses pensées et qu’il en parle très souvent. Dans près de 50% des cas, l’anorexique est hyperactif, il multiplie les activités sportives notamment, jusqu’à épuisement. Le fait qu’il arrive à avoir un contrôle sur son poids et son corps lui procure généralement une grande satisfaction et un sentiment de fierté, voir de supériorité. On retrouve généralement un mode cognitif d’évitement dans ce trouble : les sensations corporelles sont fuies, mises à distance, car certaines émotions pénibles sont vécues comme insupportable. On observe également de plus fort taux de perfectionnisme et de rigidité chez les individus anorexiques par rapport au reste de la population générale.

Les causes de l’anorexie : différentes pistes

D’un point de vue biologique, des recherches récentes ont montré que cette pathologie serait attribuable à plusieurs gènes et qu’elle aurait une part héréditaire. Certains traits de personnalité susceptibles d’être héréditaires, comme le fait d’être perfectionniste, obsessionnel et/ou de nature anxieuse seraient également des facteurs favorisants.

D’après certaines théories, l’anorexie serait liée à la peur de la phase développementale causée par l’adolescence.

Notons également que l’anorexie est plus susceptible d’apparaitre chez les individus engagés dans certaines activités au sein desquelles le poids à une forte incidence sur la performance. Par exemple : la gymnastique, le mannequinat ou la danse. De plus, la mise en valeur d’un idéal de beauté mince véhiculé dans les médias joue également un rôle dans l’apparition de cette pathologie.

Conséquences de l’anorexie sur le corps

L’anorexie est une maladie grave avec de fortes conséquences sur la santé, pouvant parfois entraîner la mort. Ainsi, les individus anorexiques sont souvent touchés par :

  • Des troubles digestifs : maux de ventre, constipation, inflammation de l’estomac…
  • Un arrêt ou un ralentissement de la croissance lorsque l’anorexie survient avant la fin de la puberté
  • Une déminéralisation des os les rendant plus fragiles.
  • Des problèmes rénaux : par exemple une insuffisance rénale aigüe, chronique et/ou terminale.
  • Des troubles cardiaques : résultant du manque de potassium, ce sont souvent eux qui sont à l’origine du décès par arrêt cardiaque.

Chez les filles, la dénutrition provoque souvent une aménorrhée, c’est à dire l’arrêt des règles. Celle-ci est causée par la diminution de la sécrétion de leptine, qui est une hormone favorisant le sentiment de satiété et impliquée dans les hormones féminines.

Soigner l’anorexie

Il est donc important que cette maladie soit prise en charge rapidement. Pour cela, la thérapie cognitivo-comportementale est bien indiqué puisqu’elle va permettre de travailler sur les pensées dysfonctionnelles, la perception du corps ainsi que la reprise du poids.  

En savoir + :

Commander

Cet ouvrage est un récit autobiographique de Patrick Poivre d’Arvor dont la fille Solenn est décédée suite à son anorexie mentale.

Commander sur amazon