Que voulez-vous trouver ?

Vous êtes ici :
<= Retour
concilier travail et parentalité pour éviter le burnout parental


Concilier parentalité et travail, c’est plus facile à dire qu’à faire ! Mais surtout, en cas d’échec, le risque est élevé de basculer vers un burnout parental… Afin d’apprendre à mieux connaître ce problème et pour trouver quelques pistes de solutions, cliquez ci-dessous sur les thématiques. En particulier, vous pourrez en apprendre plus sur ce que disent les chercheurs de ce problème, souvent source de stress. En outre, nous vous proposons un livret conseil gratuit, pour vous aider à concilier votre parentalité avec les contraintes du monde du travail (et prévenir un burnout parental).

livret de conseils, concilier travail et parentalité pour éviter le burnout parental
Le conflit travail-famille, c'est quoi ?

Le conflit travail-famille pour éviter le burnout parental

Les causes du conflit…

En premier lieu, intéressons-nous au conflit travail-famille. Ce conflit survient lorsqu’une personne ne parvient pas à concilier parentalité et travail. Pour être plus précis, il proviendrait d’un tiraillement entre les différents rôles occupés par une même personne (Greenhaus et Beutell, 1985). D’après ces recherches scientifiques, il se présenterait sous trois formes : le conflit de temps, le conflit de tension entre les rôles et le conflit de comportement.

Le conflit de temps

Tout d’abord, le conflit de temps survient lorsque le temps passé au travail rend la personne non disponible pour s’investir dans son rôle parental (ou réciproquement). Près de 7 salariés sur 10 disent manquer de temps au quotidien pour concilier correctement vie professionnelle, vie familiale et vie personnelle (baromètre OPE, 2016). Avec un ou des enfants, c’est bien évidemment encore pire… En outre, l’investissement familial et domestique est inégalitaire : 80% des mères affirment manquer de temps au quotidien, contre 64% pour les pères.

Le conflit de tension

En second lieu, les préoccupations émanant de l’occupation d’un rôle peuvent empiéter sur la disponibilité de l’individu à occuper les tâches d’un autre rôle (et ce, même s’il est physiquement présent). Cependant, dans la très grande majorité des cas, ce conflit de tension survient lorsque les responsabilités professionnelles nuisent à la vie de famille – l’inverse étant très rare. Dans ce cas, la fatigue et le stress vécus au travail, vont se transposer, lors du retour à la maison, dans la vie familiale.

Le conflit de comportement

Finalement, le conflit de comportement survient lorsqu’un comportement spécifique à un rôle est incompatible avec le comportement attendu dans un autre rôle. Certaines caractéristiques valorisées dans le monde du travail, comme le fait d’être objectif et “fort” peuvent être incompatibles avec les attentes et besoins des membres de la famille. La difficulté de l’individu à s’adapter à ces demandes divergentes peut engendrer un stress et des tensions.

… et leurs conséquences !

Mais alors, si une personne se retrouvait prise au piège d’un ou plusieurs de ces trois conflits, quel impact cela pourrait-il bien avoir sur ça vie ? Les conséquences de ces conflits entre vie professionnelle et vie parentale sont très importantes. En effet, elles portent sur le stress, le risque de burnout, la santé, et les relations au sein du cercle familial (INSPQ, 2005).

Le stress

En premier lieu le stress. En effet, les personnes qui ressentent un degré élevé de conflit travail-famille ont tendance à être moins satisfaites de leur emploi et de leur vie en général. D’ailleurs, selon l’Enquête ESG 1998, ce sont surtout les parents et les mères monoparentales âgés de 25 à 44 ans qui signalent le plus haut taux de stress relié au manque de temps.

Le burnout

En second lieu le burnout, qui est une dépression réactionnelle. En particulier, La recherche démontre qu’un degré élevé de conflit entre les responsabilités professionnelles et familiales augmente le risque de dépression chez l’individu. D’ailleurs, il existe une corrélation élevée entre les situations de conflit travail-famille et la dépression. En outre, il existe aussi un lien entre les situations de conflit travail-famille et les troubles d’anxiété et d’humeur chez les femmes en particulier.

La santé

De plus, concernant la santé, la présence d’un conflit travail-famille augmente les coûts médicaux des travailleurs. Notons par exemple que recherche montre une incidence de ces conflits sur les maladies physiques comme l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, les troubles gastro-intestinaux, les allergies et les migraines. Il a été aussi démontré que ces conflits impactent négativement les habitudes alimentaires et la pratique de l’activité physique. Enfin, on sait aussi que le conflit travail-famille est associé à une augmentation de la dépendance à l’alcool et de la consommation de drogues (chez les hommes en particulier).

La qualité des relations

Enfin, la qualité des relations interpersonnelles dépendent de l’équilibre entre travail et famille. Par exemple, les parents qui se sentent débordés par leurs multiples tâches auraient une attitude moins chaleureuse avec leurs adolescents et seraient plus enclins à développer des interactions conflictuelles avec ces derniers. Enfin, le conflit travail-famille a été relié à l’insatisfaction face à la vie familiale et conjugale.

La vie professionnelle

Pour couronner le tout, la conciliation travail-famille a aussi un impact sur la vie professionnelle des individus. Les travailleurs qui vivent des difficultés à concilier leurs obligations professionnelles avec leur vie familiale sont moins satisfaits de leur emploi que ceux qui n’éprouvent pas de difficulté à équilibrer ces deux sphères de leur vie.

Des difficultés au burnout parental

Des difficultés pour concilier parentalité et travail, au burnout parental

Le burnout parental

Vous vous sentez fatigué(e) de lutter et de courir après le temps… De mauvaise humeur, sans motivation… Peut-être faudrait-il vous poser la question : et si c’était un burnout parental ?

Le burnout est une dépression réactionnelle, qui peut survenir suite à un stress important dû à des responsabilités trop écrasantes. Il s’installe progressivement, et peut aboutir à des symptômes très graves. Le burnout parental est provoqué par une situation où le parent se retrouve mis en échec dans son rôle parental, qui devient alors stressant (alors qu’être parent devrait être épanouissant). Afin d’éviter une aggravation, Il est important d’agir le plus tôt possible pour enrayer ce processus :

  1. La première étape marque une usure progressive : le parent a le sentiment d’avoir du mal à suivre le rythme, que sa charge mentale devient trop élevée, se sent de plus en plus impuissant, et physiquement fatigué.
  2. Dans la seconde étape, le parent va progressivement se replier sur lui-même pour préserver ces ressources. Cette étape se fait généralement à son insu, la personne va progressivement se détacher de son identité parentale. Malgré lui, le parent de désinvestis de ses relations avec ses enfants. Souvent, les enfants se mettent à manifester eux aussi des symptômes à cette étape (tel que par exemple de l’anxiété, ou un trouble oppositionnel).
  3. Dans une troisième étape, des symptômes de dépression plus sévères peuvent apparaître, le parent devenant incapable de fonctionner au quotidien : malaises, clinophilie, crises d’angoisse et pensées suicidaires peuvent alors faire leur apparition.

Evaluer mon burnout parental

Nous vous proposons d’utiliser le petit questionnaire standardisé ci-dessous pour évaluer où vous vous situez. En effet, vos scores indiquent la gravité et à quel stade vous vous trouvez (et les questions vous donnent un aperçu des étapes ultérieures si vous n’ajustez pas le tir). Par conséquent, si vos scores sont élevés, envisagez de consulter un spécialiste en TCC pour vous aider.

Questionnaire

Concilier travail et parentalité : un défi

Comme nous l’avons vu, il y a un véritable enjeu à concilier travail et parentalité. Malheureusement, il n’y a pas de recette miracle pour réussir l’intégration du travail avec le rôle de parent. Cette interview du Pr. France st-Hilaire (3 minutes) de l’Université de Sherbrook explique pourquoi c’est un challenge :

Promesses et pièges du télétravail

Promesses et pièges du télétravail

Concilier parentalité et travail est parfois une mission impossible en télétravail ! Avec une disparition des frontières symbolique entre travail et domicile, il est facile de s’égarer. Et lorsque le télétravail entre en “collision” avec la garde d’enfant ou les tâches ménagères, il devient difficile de retrouver ses repères. Les femmes en particulier sont plus touchées par ce problème, en particulier lorsqu’elles occupent un emploi à responsabilités.

Cette courte vidéo (5 minutes) de Xerfi Canal explique le défi de la parentalité pour les personnes confrontées au télétravail :

Ce bref reportage (2 minutes) de Radio-Canada info présente les inégalités sociales hommes-femmes face au télétravail :

L'équilibre du couple parental

L’équilibre du couple parental

Et si le burnout parental était la conséquence d’une mauvaise gestion du couple parental ? Cette interview du Pr. Mark Smith (4 minutes) par Xerfi canal explique comment les top managers peuvent concilier travail et parentalité en s’appuyant sur un “travail d’équipe” entre les deux parents :

Pour aller plus loin (ressources et références)

Pour aller +loin

L’Université Telluq distribue en ligne un cours gratuit de 120 heures sur la conciliation vie de famille et travail. Cliquez ci-dessous pour suivre ce MOOC :

Quelques références

Rapports officiels

Rapport de l’INSPQ, 2005 : la difficulté de concilier travail-famille : ses impacts sur la santé physique et mentale des familles québécoises. A télécharger ici.

Baromètre OPE 2016 de la Conciliation entre vie professionnelle, vie familiale et vie personnelle. A télécharger ici.

Articles scientifiques

Allen, T. D., Herst, D. E., Bruck, C. S. & Sutton, M. (2000). Consequences associated with workto-family conflict: A review and agenda for future research. Journal of Occupational Health Psychology, 5(2), p. 278-308.

Dubé, R., Zins, M. & Brassard, P. (2002). Alimentation : le profil du consommateur et ses habitudes. BioClips+, Direction générale des politiques agroalimentaires, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, 5(3), 7 pages.

Duxburry, L., Higgins, C., Lee, C. & Mills, S. (1991). Balancing work and family: A study of the Canadian Federal Public Sector, Ottawa.

Duxburry, L., Higgins, C. & Johnson, K. (1999). Un examen des répercussions et des coûts du conflit travail-famille au Canada. Document présenté à Santé Canada.

Frone, M. R., Russell, M. & Barnes, G. M. (1996). Work-family conflict, gender, and health related outcomes: A study of employed parents in two community sample. Journal of Occupational

Frone, M. R. (2000). Work-family conflict and employee psychiatric disorders: The national comorbidity survey. Journal of Applied Psychology, 85(6), p. 688-895.

Galambos, N. L., Sears, H. A., Almeida, D. M. & Koleric, G. (1995). Parents’s work overload and problem behavior in young adolescents. Journal of Research on Adolescence, 5, p. 201-223

Greenhauss, J. H. & Beutel, N. J. (1985). Source of conflict between work and family roles. Academy of Management Review, 10(1), p. 76-88

Hitayesu, F. (2003). Le consommateur québécois et ses dépenses alimentaires. BioClips +, Direction générale des politiques agroalimentaires. Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation du Québec, 6(2), 12 pages.

Kossek, E. & Ozeki, C. (1998). Work-family conflict, policies, and the job-life satisfaction relationship: A review and directions for organizational behaviour human-resources research. Journal of Applied Psychology 83(2), p. 139-149.

St-Onge, S., Renaud, S., Guérin, G. & Caussignac, É. (2002). Vérification d’un modèle structurel à l’égard du conflit travail-famille. Relations industrielles/Industrial relations, 57(3), p. 491-516.

Thomas, L. T., & Ganster, D. C. (1995). Impact of family-supportive work variables on work-family conflict and strain: A control perspective. Journal of Applied Psychology, 80, p. 15.

Retour haut de page