Gérer les conflits liés aux mesures de confinement

Vous êtes ici :
<= Retour

Tutoriel de gestion des conflits en vidéo

Les conflits sont liés au contexte et moins à la personne

Suite à l’épidémie de coronavirus, nous devons tous faire face à une situation inédite : le confinement. Or, la perte de repères que cette situation engendre favorise l’apparition de conflits. En effet, cette situation nous étant totalement inconnue, cela génère de la peur et du stress. C’est la raison pour laquelle il est tentant de chercher un bouc émissaire et d’attribuer la faute à la personne plutôt qu’au contexte. Cette stratégie nous permet de projeter notre stress sur un objet concret. Mais en attribuant la responsabilité du problème à quelqu’un, nous oublions souvent de nous mettre à sa place et d’essayer de comprendre son point de vue.

Une histoire de représentation mentale

En cas de conflit, nous allons donc prendre notre émotion et la placer chez l’autre. C’est à dire que si nous ressentons de la colère, nous dirons que l’autre nous a provoqué. On peut aussi diaboliser la personne. Tout cela est en partie le fruit de nos pensées et nos émotions.  

Par exemple, si je rencontre un policier dans la rue et que je ressens de la peur ou du stress liée au confinement, toutes mes représentations négatives associées à la police vont spontanément ressurgir. Alors que du point de vue du policier, il fait seulement son travail et son objectif est de protéger la population. Les deux représentations sont donc diamétralement opposées, cela favorise l’apparition de conflits. De plus, la peur et le stress liés au contexte vont nous placer dans une position défensive, également propice aux conflits. En effet, lorsque l’autre voit que nous sommes sur la défensive et tendu, il va aussi se mettre en position défensive et être tendu. Ce cercle vicieux débouche souvent sur un conflit et s’amplifie s’il n’est pas rompu. Face à une personne stressée, nous vous conseillons de chercher à la rassurer et à diminuer sa peur.

Comment faire pour rompre les conflits ? Être assertif !

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. » Ghandi

La meilleure technique pour rompre un conflit est d’être assertif. C’est à dire, de témoigner verbalement à l’autre que nous ne cherchons pas le conflit, avec une voix posée et des gestes doux.

Voici les différentes étapes pour être assertif en cas de conflits :

1. Se calmer : pour être posé, il faut tout d’abord calmer nos émotions afin qu’elles n’aient plus d’impact sur notre voix ainsi que notre posture. Il est possible de reconditionner notre esprit en utilisant une technique d’imagination guidée. Si des situations vous font peur ou vous mettent en colère, vous pouvez les désactiver grâce à l’imagination positive afin d’éviter les conflits.

2. Être factuel : parler des faits sans déformer les choses.

3. Parler à la première personne : parler de soi plutôt que de l’autre lors du conflit, afin d’éviter de le mettre en cause et qu’il se sente attaqué.

4. Ne pas faire de procès d’intention : éviter de parler de ce que l’autre a l’intention de faire, ou encore de l’accuser ou de le diaboliser.

5. Assumer nos limites et nos valeurs : oser de parler de son ressenti et de la façon dont nous vivons la situation.

Besoin d’outils pour vous aider  ?

Imagination guidée visant à reconditionner son esprit face à un conflit :

Audio mp3

Fiche pour s’entraîner à exprimer de façon assertive votre vécu subjectif :

Entraînement à la communication en situations de conflits

Pour aller plus loin, voici un podcast de France Inter sur cette problématique : que faire quand le confinement aggrave les conflits ?