L’angoisse d’abandon : entre dépendance et rejet

Vous êtes ici :
<= Retour

Le sentiment d’abandon se caractérise par une sensation de solitude qui paraît insurmontable. Il s’accompagne souvent d’un sentiment d’injustice ou de trahison. La personne qui se sent abandonnée éprouve souvent un sentiment d’insécurité et d’impuissance qui peuvent s’accompagner de tristesse et de colère. Ainsi la personne qui se sent où s’est sentie abandonnée peut développer à plus ou moins long terme, une angoisse d’abandon, c’est-à-dire, la peur d’être abandonnée par les autres. L’angoisse d’abandon s’accompagne souvent d’une faible estime de soi.

Quelles sont les causes de cette angoisse?

L’angoisse d’abandon peut survenir suite à un ou plusieurs évènements particuliers. Comme par exemple un décès, une rupture amicale ou amoureuse, un conflit ou une situation inattendue.

Mais il arrive que cette angoisse s’ancre plus profondément, notamment lorsqu’elle se construit dans l’enfance. Durant les premières années de la vie, l’enfant est dépendant de ses parents ou des personnes qui s’occupent de lui. Lorsque les besoins primaires de l’enfant ne sont pas suffisamment satisfaits, il peut développer un sentiment d’insécurité. Cela peut progressivement l’amener à développer un style d’attachement insécure envers les autres. Petit à petit, l’enfant intègre la croyance que les autres ne sont pas fiables et qu’ils peuvent partir à tout moment. Cette croyance est ensuite confirmée par différents évènements de vie et se cristallise dans la pensée du sujet. L’angoisse d’abandon peut alors rythmer les relations aux autres du sujet.

Voici une liste non exhaustive des évènements dans l’enfance qui participent à créer une angoisse d’abandon :

L’angoisse d’abandon peut survenir suite à une indisponibilité des figures d’attachement, des violences des figures d’attachement ainsi que des vécus abandonniques divers.

Pour les enfants ayant construit un mode d’attachement insécure du fait de leur vécu, les épreuves similaires rencontrées à l’âge adulte vont venir confirmer leurs croyances et renforcer l’angoisse. Cela se passe différemment pour les personnes qui ont pu construire une base d’attachement sécurisante dans leur enfance. Ainsi, ces mêmes épreuves pourront certes, entraîner un sentiment d’abandon, mais qui restera ponctuel.  

Les manifestations de l’angoisse d’abandon

L’angoisse d’abandon peut prendre plusieurs formes. La plupart du temps, elle se caractérise par une dépendance aux autres, ainsi que la recherche d’amour et d’approbation. Cette angoisse intériorisée peut conduire l’individu à des difficultés dans ses relations et des comportements inadaptés :

  • Certains vont inconsciemment « tester l’autre » par des comportements rejetant et agressifs. Ceux-ci qui vont mener à l’abandon tant redouté et ainsi nourrir l’angoisse.
  • D’autres vont s’accrocher aux autres, multiplier les relations et la recherche de proximité. Cela augmente le risque d’être déçu et de se faire abandonner.  
  • D’autres encore vont éviter les relations, renforçant leur croyance qu’ils ne sont pas dignes qu’on les aime.

On voit donc apparaître un cercle vicieux :

Ainsi, les personnes souffrant d’angoisse d’abandon s’abandonnent elles-mêmes, font en sorte d’être abandonnées, ou encore abandonnent les autres. Ce fonctionnement est bien-sûr, inconscient. L’angoisse d’abandon se retrouve particulièrement chez les personnes ayant un trouble de la personnalité borderline, dépendante, histrionique et/ou narcissique.

Mais quelle prise en charge possible ?

L’angoisse d’abandon n’est pas une fatalité. En effet, une psychothérapie peut l’atténuer et faire disparaître ses manifestations et ses conséquences dans la vie du sujet.

Ainsi, les thérapies cognitivo- comportementales permettent un travail sur les cognitions et les comportements dysfonctionnels. Par ces biais, elles peuvent traiter l’angoisse et ses conséquences.

La méthode thérapeutique ICV « Intégration du cycle de la vie » a également fait ses preuves dans le traitement de l’attachement insécure et de l’angoisse d’abandon. L’EMDR peut également être un outil intéressant dans le cas où l’angoisse d’abandon témoigne de traumatismes passés. Une prise en charge axée sur l’estime de soi peut également s’avérer bénéfique.

En savoir +

Voici un podcast de France Bleu sur le sujet : la peur de l’abandon