TDAH : le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité

Vous êtes ici :
<= Retour

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH ; en anglais : attention-deficit disorder, ADD) est un trouble neurodéveloppemental caractérisé par des difficultés d’attention (ou plus communément de concentration) qui peuvent s’accompagner ou non d’hyperactivité ou d’impulsivité. Il existe des manifestations mixtes, certaines avec une impulsivité et une instabilité dominantes, d’autres avec une inattention au premier plan. Il s’agit du trouble comportemental le plus fréquent chez les enfants et les adolescents. À des degrés variables, le TDAH peut perturber le fonctionnement personnel, scolaire, familial et social. S’il n’est pas identifié et traité tôt, il peut avoir des conséquences sur toute la vie adulte.

Les symptômes du TDAH sont généralement remarqués à un âge précoce. Ils peuvent aussi devenir plus apparents lorsque la situation de l’enfant change, par exemple au début de ses études. Par exemple, les enfants à haut potentiel arrivent parfois si bien à compenser leur trouble que celui-ci peut passer longtemps inaperçu. Les symptômes du TDAH s’améliorent généralement avec l’âge, mais ce trouble est aussi rencontré à l’âge adulte.


Définition

Le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH) est un trouble du comportement qui comprend des symptômes tels que :

  •  une inattention, des difficultés à se concentrer (« je suis très facilement distrait »),
  •  une impulsivité marquée (« j’agis avant de réfléchir »),
  •  une agitation incessante (« je bouge trop et je ne peux pas m’en empêcher »).

Le TDAH débute dans l’enfance, et peut persister à l’âge adulte (les symptômes d’hyperactivité étant généralement alors mieux régulés).

Causes du TDAH

Ce trouble neurologique complexe n’a pas une cause unique. Probablement lié à certaines substances chimiques du cerveau, il n’est pas causé par des besoins affectifs non comblés ni par des problèmes psychosociaux. Il a été démontré que ce trouble présente une forte composante génétique : lorsqu’un enfant souffre d’un TDAH, il est très fréquent que l’un de ses parents en souffre lui aussi. Les recherches ont également mis en évidence un certain nombre de différences possibles dans le cerveau des personnes atteintes du TDAH par rapport à celles ne présentant pas cette affection. D’autres facteurs environnementaux peuvent potentiellement jouer un rôle dans le TDAH, par exemple :

  • être né prématurément,
  • avoir un faible poids à la naissance,
  • tabagisme, alcoolisme ou toxicomanie pendant la grossesse,
  • une méningite bactérienne,
  • un traumatisme crânien,
  • tout problème survenu à l’accouchement ayant pu causer un manque d’oxygène au nourrisson.
Que faire face au TDAH ?

L’enfant souffrant d’un TDAH a des comportements qui nécessitent une plus grande cohérence et une plus grande constance de la part des adultes autour de lui. Le TDAH est en effet souvent associé à d’autres troubles, notamment des troubles spécifiques des apprentissages, des troubles du sommeil, des troubles anxieux, de l’humeur (dépression, trouble bipolaire ou hypomanie) et également le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) ou le trouble des conduites. L’enfant est protégé de l’apparition d’un trouble de comportement par le dépistage précoce, la prise de conscience par ses parents de ses besoins éducatifs propres, des aménagements scolaires appropriés et une prise en charge psychothérapeutique coordonnée.

Les symptômes du TDAH peuvent être gérés avec des médicaments, si nécessaire. Les psychothérapies comportementales et cognitives, et la remédiation cognitive, ont un intérêt certain pour ce trouble. Le neurofeedback a aussi montré un impact significatif dans la réduction des symptômes du TDAH (Micoulaud-Franchi et al. 2014).

Références bibliographiques :

Micoulaud-Franchi, J. A., Geoffroy, P. A., Fond, G., Lopez, R., Bioulac, S., & Philip, P. (2014). EEG neurofeedback treatments in children with ADHD: an updated meta-analysis of randomized controlled trials. Frontiers in human neuroscience8, 906.